La Station thermale d’Amélie les Bains…

Par sa situation géographique, la station thermale d’Amélie les bains bénéficie d’un climat agréable, et de l’air pur des montagnes proches. Elle est spécialisée dans les Affections Rhumatismales et des Voies Respiratoires, grâce à son eau thermale sulfurée bicarbonatée chlorurée sodique qui agit directement sur les muqueuses qu’elle régénère. Elle est hyperthermale, la source produit de l’eau variant entre 44° et 62°C.
Les 2 établissements thermaux d’Amélie-les-Bains offrent un grand nombre de soins spécifiques les plus perfectionnés, adaptés à chaque cas.

Les soins thermaux diffèrent selon les pathologies du curiste : pour la rhumatologie, ils sont appliqués sur tout le corps ou sur des zones plus particulièrement douloureuses : jets sous-marins, bains hydromassants, applications de boue thermale. Chaque soin agit différemment : effet décontractant, diminution du seuil d’excitabilité des récepteurs de la douleur, action antalgique,…
Des vertus reconnues

Les nombreuses sources thermales jaillissent de la colline du « Serrat d’en Merle ». Captées au coeur même de la station, elles fournissent une eau hyperthermale (44° à 62°), qui se démarque par la constance de ses caractéristiques physiques et chimiques au fil des contrôles, depuis plus d’un demi-siècle. Leur richesse thérapeutique, particulière en soufre les classe parmi les eaux sulfurées, bicarbonatées et chlorurées sodiques, riches en fluor et silice.

Grâce à la présence de soufre se développe l’élément organique ou « plancton thermal », qui flotte en suspension dans l’eau, lui donnant son caractère onctueux, au fort potentiel thérapeutique, grâce à sa concentration en divers minéraux, vitamines et oligoéléments.

ORL Voies respiratoires :
– Rhinopathies chroniques de l’adulte et de l’enfant: rhinopharyngites récidivantes de l’enfant, rhinites spasmodiques, allergiques, vasomotrices, congestives, atrophiques, polyposes rhinosinusiennes avec épisodes infectieux récidivants.
– Sinusites aigües, récidivantes et chroniques. Leurs séquelles opératoires.
– Pathologie auriculaire et tubotympanique: Otites séromuqueuses, récidivantes, chroniques, et leurs séquelles (poches de rétraction, otites adhésives). Catarrhes tubaires chroniques, surdité rhinogène.
– Pharyngites: chroniques et récidivantes. Laryngopathies chroniques par surmenage vocal.
– Accidents barotraumatiques otologiques et sinusiens (plongée sous-marine et transports aériens). Traitement complémentaire de la rééducation de la voix.

PNEUMOLOGIE :
– Broncopathies chroniques et aigües récidivantes.
– Pneumoconioses (silicose).
– Broncopneumopathies chroniques obstructives (BPCO).
– Dilatation des bronches (DDB).
– Emphysème.
– Asthmes surinfectés (adultes et enfants). L’asthme allergique bénéficie en outre de l’aspect climatique

LA RHUMATOLOGIE
La crénothérapie à la Preste s’adresse également à des patients atteints d’affections chroniques dont l’évolution est lente et, sur lesquels les moyens médicamenteux ne peuvent être utilisés trop longtemps par suite de leur mauvaise tolérance ou de leur efficacité temporaire.
La cure de la Preste est indiquée dans les affections rhumatismales. L’amélioration touche 74% des patients qui l’effectuent. Globalement l’amélioration obtenue est de 66%.
Les affections ostéo-articulaires : Elles représentent la majeure partie des affections pour lesquelles les patients ont recours à la crénothérapie, tout au moins en ce qui concerne le nombre de curistes fréquentant les stations thermales. Plus de 66% d’entre eux font une cure pour cette orientation thérapeutique.

La première place revient aux RHUMATISMES surtout aux rhumatismes dégénératifs (arthroses). Il s’agit d’une lésion fréquente, surtout à partir d’un certain âge et pour laquelle aucune thérapeutique ne peut apporter de guérison. Comme l’indique le nom de » dégénératif « , cette pathologie présente un caractère essentiellement chronique évoluant par poussées irrégulières. Toutes les arthroses (quelle que soit la localisation articulaire) sont justiciables de la crénothérapie.

Les rhumatismes chroniques d’origine inflammatoire ou arthrites : Ils sont également concernés mais après les périodes de poussées inflammatoires aiguës.

On retiendra également les suites de TRAUMATISMES OSTEO ARTICULAIRES, les plus fréquentes sont elles aussi du ressort de la médecine thermale qui gagnera à être pratiquée le plus précocement possible après l’accident avant l’installation d’éventuelles complications : raideurs musculaires, amyotrophie, etc… La rééducation pendant la cure diminue le temps de récupération de l’activité motrice.
Terminons par les diverses atteintes PERI ARTICULAIRES, type PERI ARTHRIRE qui sont également indiquées dans le cadre de la cure thermale proposée à LA PRESTE LES BAINS.
Le traitement thermal : » RH » techniques de soins :
Classiquement la cure à LA PRESTE est d’une durée de trois semaines. La cure de boisson : les effets internes de la cure de boisson constituent, essentiellement par l’action du soufre, du calcium et des oligo-éléments, un élément de base du traitement thermal. Exemple : le soufre connu pour son action trophique, fibrolytique, anabolique et stimulante des échanges nutritifs chez les arthrosiques. Les bains avec ou sans douche sous-marine : L’action est triple : antalgique sur les douleurs articulaires, décontractant musculaire et anti-inflammatoire. Les douches au jet, pénétrantes ou locales : elles constituent un puissant stimulant en médecine thermale, accompagné d’un effet tonique circulatoire ainsi que d’un phénomène de détente nerveuse. Les boues en application locale ou générale (illustration) : Ces soins sont indiqués pour le traitement des lésions arthrosiques ou traumatiques. L’action est manifeste : sédation de la douleur et récupération des amplitudes articulaires. Massages sous l’eau : dispensées par des masseurs kinésithérapeutes diplômés d’état, ces séances sont effectuées sur une table de massages, aspergée de façon continue par des rampes et, ont pour but d’aider à la pénétration dans l’organisme des éléments contenus dans l’eau thermale. Les zones à traiter sont précisées sur la prescription du médecin thermal. Cette technique associe les bienfaits de l’eau thermale et du massage optimisant ainsi, les résultats thérapeutiques. Il en découle une sensation de bien-être général et une réelle relaxation musculaire.
La double indication vous permet de traiter simultanément les deux affections pendant la même cure AU + RH.